Hier, j’ai couru ma dernière course…


L’Ekiden est un marathon en relais par équipe de six coureurs. Je faisais partie de la 6ème Compagnie aux côtés de Clivia, Jordane, Mathilde et Nico. Lorsque l’équipe s’est formée je devais faire le 5ème relais d’une distance de 5km car mon genou était déjà fragilisé, mais lorsque j’ai appris que je devais arrêter pour un long moment la course à pied, mon équipe m’a offert le dernier relais de 7,195km pour la symbolique de boucler un marathon.

6ème compagnie Quand Clivia m’a passé le témoin, je suis partie pour ces derniers kilomètres dans un esprit quelque peu nostalgique, cela n’aura duré que le temps de trois foulées. Très vite Jordane et Nico qui avaient bouclé leurs 10km respectifs sont venus me rejoindre pour cette dernière course.
Malgré la douleur, je ne voulais pas finir ce marathon en zone de confort, j’ai donc couru de façon soutenu (enfin tout est relatif, par rapport à mes courses pré blessure mon allure était plutôt lente).
Je me suis accrochée à leurs foulées, j’ai pris le temps de ressentir chacun des kilomètres parcourus et j’ai profité de ce moment assez magique.
500 mètres avant la fin du parcours, mon chéri s’est greffé à nous (plus tôt avec son équipe ils avaient tenté la qualification au championnat de France et ils ont malheureusement bouclé l’ekiden en 2h36 au lieu des 2h30 qualificatives), malgré les demandes répétées des organisateurs, mon chéri et Nico ont refusé de sortir de la dernière ligne droite car ne portant pas de dossard « relayeur 6 », ils m’ont accompagnée jusqu’au bout.
J’ai commencé à accélérer, mes jambes se sont emballées comme jamais, je me souviens juste du tapis rouge et du rebord de couleur blanche, j’ai fait en sorte de ne pas me prendre le pied dedans pour ne pas m’étaler royalement. Je passe l’arche avec une allure moyenne sur le parcours de 6’02min/km et un sprint final en 4’45min/km.

Ligne d'arrivée
Mes amis étaient là, tous derrière l’arche à m’attendre les bras ouverts, prêts à me féliciter et me réconforter.
Je n’aurai pas pu mieux terminer cette aventure que de cette façon.
Je me souviens de ce mois de Juin 2014, lorsque j’ai commencé sérieusement à m’entrainer. Je me souviens de cette descente dont je n’arrivais à courir que 200 mètres avant de m’arrêter. Je me souviens la première fois que j’ai réussi à courir un kilomètre…
Fin août 2014 je bouclais pour la première fois un 10km en entraînement, 1h17 de surpassement de soi-même.
Octobre 2014 je participe à ma première course officielle, l’Odysséa et ses 10km dans le bois de Vincennes, 1h12 de galère mais surtout de fierté.
8 mois plus tard, après deux mois d’arrêt et une opération au genou en Décembre, je boucle les 10km de l’Équipe en 55’42.
Certes, mon projet marathon de Paris 2016 ne se fera pas, mais parmi toutes ces courses j’aurai eu la chance de courir un trail en compétition et deux semi-marathons. C’est donc la preuve qu’avec acharnement et volonté tout est possible.
La course a beau être un sport individuel, c’est bel & bien là que j’aurai fait mes plus belles rencontres.
Quand je repense à la fille que j’étais avant, toujours dispensée de sport à cause des entorses à répétition aux chevilles ou aux genoux, quand je repense aux seules fois où j’ai du aller aux cours d’EPS je me cachais durant les séances d’endurance derrière de poteaux ou des buissons pour ne pas avoir à courir…
Quand j’ai commencé ma perte de poids et que j’ai décidé de courir pour le côté pratique (pas d’horaires fixes, liberté de courir quand je veux et où je veux) je ne pensais pas arriver ici aujourd’hui, je ne pensais pas que l’arrêt obligatoire de la course me ferait si mal. Pourtant chaque foulée est compliquée, chaque sortie est douloureuse, mais j’aime ça, j’aime sentir que rien n’est facile, que la progression ne se fera pas dans la douceur. La course à pied est une violence de chaque instant, c’est un combat perpétuel contre nous-même, contre notre mental, notre envie, notre pensée. Courir permet de réfléchir, de savoir où sont les limites de notre corps et de notre persévérance.

J’espère de tout cœur que cet arrêt sera temporaire, que tout n’est que partie remise. Ce qui est certain par contre, c’est que la course à pied aura changé quelque chose de profond en moi, m’aura apporté beaucoup tant sur le plan sportif, physique mais surtout humain. Je garde précieusement, comme un enfant, chaque dossard, chaque médaille de ces courses, car même si j’étais loin dans les classements, chacune de mes participations sont, à mon goût, des victoires sur mon passé, mon obésité, mon accident.

Je souhaite à n’importe qui de connaître ce bonheur, celui de savoir qu’on a été au bout des choses, que l’on s’est donné toutes les chances de réussir que ce soit dans la course ou tout autres sports.

“Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre.”

[Pierre de Coubertin]

Publicités

12 réflexions sur “Hier, j’ai couru ma dernière course…

  1. Julie Riou dit :

    Je recommence mon commentaire car il s’est effacé…Ton article est très bien écrit, comme tous les autres d’ailleurs !!
    Tu aurais fait couler des larmes pour certains, d’autres ont ressenti de l’admiration, je fais partie du deuxième groupe. Comme tu le sais, c’est grâce à toi que j’ai eu ce « déclic » pour la course à pied, et ce sont tes conseils qui m’ont permis d’apprendre à évoluer !
    Je ressens de l’empathie pour toi car c’est la fin d’une histoire, mais je sais que tu sauras rebondir et nous impressionner une fois de plus grâce à ta motivation, ta volonté et ton courage.
    Je t’embrasse. Julie.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s